Les coulisses de l'obtention d'un timbre

à l'effigie des 800 ans : témoignages

La création d'un timbre est un long processus. Voici l'histoire du timbre des 800 ans, racontée par Francois Mennessiez et Marie-Christine Lence, de Phil@poste.

François Mennessiez détaille les étapes du dossier et Marie-Christine Lence, celles de l'identité visuelle.

LES ÉTAPES DU DOSSIER
Entretien avec François Mennessiez, ex responsable du programme philatélique à Phil@poste

Rattaché à la Branche Services–Courrier–Colis de La Poste, Phil@poste est l'imprimeur historique, seul habilité à produire les timbres pour le marché français.

Cela concerne les timbres du programme philatélique officiel mais aussi les autres catégories de timbres listées par la Charte de la Philatélie : le timbre d’usage courant (La Marianne), les carnets de timbres de correspondance (autocollants), les collectors, les tirages spéciaux, les timbres personnalisés… L’imprimerie du timbre se situe à Boulazac en Dordogne et emploie plus de 400 personnes. Le programme philatélique « officiel » de la France fait l’objet d’un arrêté ministériel qui donne au timbre-poste toute sa valeur régalienne et confère au timbre une sorte de garantie d’Etat. C’est aussi le socle de la valeur des collections. Chaque année, le programme officiel comprend environ 50 émissions de timbres sur tous les thèmes historiques, d’actualité ou de prospective, parmi les centaines de demandes reçues (entre 500 et 800).

Pour ces émissions du programme philatélique, Phil@poste compile d’abord les demandes reçues de tous les publics, institutionnels, professionnels et particuliers, les intègre dans un processus de sélection (recherche de leur intérêt, de leur originalité, de la neutralité des sujets, de la parité hommes/femmes, de l’équilibre territorial du programme…).

Une pré-liste est présentée à la Commission des programmes philatéliques, réunie tous les 6 mois. Celle-ci est composée d’une vingtaine de personnes désignées en fonction de leur statut ou intérêt pour les sujets philatéliques : postiers, artistes graveurs, représentants des ministères, du monde philatélique…).

Le programme est fixé 18 mois en amont. Ce délai permet de concevoir avec le plus grand soin les timbres du programme. Le dossier de demande de commémoration des 800 ans de la Faculté de médecine a séduit Phil@poste par les dimensions historique et scientifique du sujet.

Mais une réserve, celui de l'équité territoriale, s’est posée devant la Commission des programmes. Il y avait eu l’année précédente un timbre sur Montpellier, avec le congrès national de la philatélie en 2019. Au final, la Commission n’a pas vraiment hésité, car la faculté des sciences de Montpellier, la plus vieille université de France et du monde, constitue une fierté française, et la commémoration de ses 800 ans, un événement emblématique, qui montre que l'histoire de France ne s'est pas faite que dans la Capitale.

Le timbre-poste des 800 ans de la faculté de médecine de Montpellier a été inscrit à l’arrêté ministériel du 29 janvier 2019 qui clôturait la deuxième partie du programme philatélique de l’année 2020.


L’IDENTITÉ VISUELLE DU TIMBRE :
Entretien avec Marie-Christine Lence, Chef de produit Phil@poste

Un gros travail de recherche iconographique et historique a été mené par le Professeur Gérald Chanques. Le timbre ne devait pas être axé uniquement sur l’histoire, mais au contraire se devait d’aller vers le futur pour montrer l’évolution de la médecine à travers le temps. C’est pour cette raison que figurent les deux entités.

Il existe deux modes d'impression principaux dans les timbres du programme philatélique :

• La taille douce (technique ancestrale, timbre gravé à la main) : 30% à 40 % du programme annuel,
• Des timbres en héliogravure, procédé plus simple qui permet un traitement plus facile au niveau des couleurs (celui qui a été retenu pour le timbre).

Le format choisi est panoramique, car il permet de mettre plus d'informations sur le timbre (60 mm de largeur x 25 mm de hauteur). Il y a 40 timbres à la feuille pour un tirage de 600 000 exemplaires. Nous avons choisi un tarif de lettre prioritaire 20 g France. Phil@poste travaille avec un panel de plus de cent artistes, en fonction de la thématique. Ici c'est un designer qui a oeuvré pour réaliser ce timbre. Plusieurs maquettes ont été réalisées. Ce timbre met parfaitement en valeur Lapeyronie et Barthez, deux médecins qui ont marqué l'histoire de la faculté et met bien en exergue l’ancienne faculté et le nouveau campus de santé Arnaud-de-Villeneuve.

Ensuite, a démarré le long processus d'impression à Boulazac. Une maquette doit être prête quatre mois en amont de l'édition. C’est un délai nécessaire pour assurer une impression dans les temps. Différentes étapes interviennent, dont celle importante du BAT (Bon à tirer) pour s’assurer des bonnes couleurs, des mentions, des bandes phosphorescentes...

La commercialisation : Phil@poste répartit les timbres dans les bureaux de poste et les points de contact de l'ensemble du territoire. Des collectionneurs peuvent aussi acquérir ces timbres, via les « propres canaux internes de Phil@poste » (catalogue, abonnement, boutique Le Carré d’Encre Paris 9e …).

Un timbre a une durée de vie de neuf mois (prolongée de trois mois pour celui-ci en raison de la situation sanitaire du covid 19) dans les bureaux de poste. Comme il a une valeur faciale courante, il a toutes les chances d'être bien vendu. Les timbres non écoulés seront détruits dès leur fin de vie avec procès-verbal.

Avant l'introduction dans tous les bureaux de poste, une vente anticipée est organisée le premier jour (dans le cas de ce timbre c’était le 13 juin dernier) ; c'est une façon de promouvoir le timbre et de faire de la communication événementielle.

Sur le document philatélique vendu à cette occasion, on trouve le timbre, son poinçon, une oblitération ou timbre à date qui fait foi de la vente anticipée de ce timbre, ainsi qu’un texte pédagogique.

CLUB DES PARTENAIRES